La pratique du crowdfunding connaît un boom depuis quelques années et représente aujourd’hui en France plus de 300 millions de fonds collectés. En quoi consiste ce nouveau mode de financement de projet ? Est-il adapté pour votre entreprise ? Vers quelle plateforme se tourner ? Voici les réponses à vos questions.

Crowdfunding : de quoi parle-t-on au juste ?

« Crowdfunding » signifie littéralement « financement par la foule ». Le crowdfunding consiste à collecter des petites sommes auprès d’un grand nombre de personnes (particuliers ou professionnels) pour financer un projet qui peut être personnel ou professionnel. Il permet, concrètement, à des internautes d’investir dans un projet en un clic. On pourrait également utiliser l’expression de « levée de fonds collaborative » pour définir le crowdfunding.

Le crowdfunding s’effectue depuis des plateformes internet dédiées qui mettent en relation les porteurs de projet et la « foule ». Le nombre de plateformes a considérablement augmenté depuis ces dernières années. Nous donnerons quelques noms à la fin de cet article.

Les différents types de crowdfunding

Il faut savoir qu’il existe plusieurs sortes de crowdfunding répondant à des logiques économiques différentes.

La première forme de crowdfunding est le don sans contrepartie. Les contributeurs donnent de l’argent pour un projet parce que cela leur fait plaisir et qu’ils croient dans l’utilité sociale (par exemple) du projet. Ils n’attendent rien en retour. Cette forme de crowdfunding concerne surtout les projets associatifs, à but non lucratif.

La deuxième forme de crowdfunding est basée sur un système de récompenses (ou de don contre-don). Les contributeurs reçoivent des cadeaux en échange de leurs contributions. La valeur des cadeaux dépend de la valeur des sommes données. Par exemple : une carte pour les personnes qui ont donné entre 5 euros et 15 euros, un t-shirt pour ceux qui ont donné entre 16 euros et 30 euros, un sac + un t-shirt pour ceux, etc. Dans tous les cas, la valeur des cadeaux est toujours inférieure à la contribution financière. En général, les cadeaux ont un lien avec le projet financé (un disque pour le financement d’un album de musique par exemple).

Ces deux premiers types de financement sont rattachés la plupart du temps dans le cadre de l’économie sociale et solidaire et de l’économie du partage. En tant qu’entrepreneur, les deux formes suivantes sont peut-être plus susceptibles de vous concerner.

La troisième forme de crowdfunding est le prêt. Des dizaines, des centaines ou des milliers de personnes vous prêtent de l’argent pour financer votre projet. En tant que prêteurs, ils attendent d’être remboursés. Nous sommes ici dans une logique beaucoup plus « économique » au sens étroit du terme. On parle parfois de « crowdlending ». A noter que les taux d’intérêt sont en général plus élevés que ceux proposés par les banques. En contrepartie, les conditions d’accès au prêt sont beaucoup plus simples que dans le circuit bancaire traditionnel.

La quatrième et dernière forme de crowdfunding est la prise de participation. Les contributeurs deviennent « actionnaires » de la société financée. En tant qu’actionnaires, les personnes qui financent votre projet espèrent recevoir des dividendes. On parle parfois d’ « crowdequity »  à propos de ce type de financement participatif.

Comme on peut le constater, le crowdfunding est une réalité plurielle. Malgré tout, ces formes ont en commun le schéma suivant : un grand nombre de personnes se rassemblent pour financer un projet.

A suivre, comment mettre en place une opération de crowdfunding ? et sur quelles plateformes financer un projet entrepreneurial ?

Partager cet article :