Une méthode qui fonctionne au moins aussi bien que de bien écouter le marché pour trouver de nouvelles idées de business consiste à trouver un ou des axes d’amélioration sur un produit ou un service déjà existant. Vous avez déjà repéré des failles ou problèmes dans un service que vous avez utilisé récemment ? Un produit ne vous a pas apporté complète satisfaction ? Vous êtes peut-être en face d’une opportunité business.

Pour faire autrement et mieux, il vous faut analyser en profondeur le produit existant et vous interroger sur ses caractéristiques, ses points forts et bien-sûr ses points faibles. Dans ce travail, il peut aussi être intéressant d’interroger les consommateurs de ce produit et de recueillir leur point de vue. Cela vous permettra d’identifier leurs besoins réels pour pouvoir encore mieux y répondre. Vous devez être dans une logique de résolution de problème, avec un unique objectif en tête : réussir à créer encore davantage de valeur pour le consommateur final.

Vous devez vous créer un « Océan Bleu », c’est-à-dire investir sur un aspect novateur et valorisé par le client final mais encore inexploité par la concurrence. La théorie de l’ « Océan Bleu », défendue par W. Chan Kim et Renée Mauborgne dans « Strategie Océan Bleu : Comment créer de nouveaux espaces stratégiques »  consiste à innover en partant d’un produit ou service existant. Comment ? En créant (ou en augmentant) une caractéristique de l’offre qui est valorisée par le client et, dans le même temps, en supprimant (ou diminuant) la ou les caractéristiques les moins valorisées.

Pour illustrer cette théorie, transposable à tous les domaines d’activité, l’exemple de Free est tout à fait parlant. Alors que tous les concurrents du marché de la téléphonie mobile misaient avant tout sur une stratégie d’abonnements par engagement et une distribution passant exclusivement par le canal physique et de gros investissements publicitaires, Free mobile a bousculé tous les codes. En mettant le client au cœur de sa réflexion, Xavier Niel a pris le contrepied de toutes les offres proposées. Comment ? En supprimant les magasins physiques et en ne distribuant ses services que sur son site internet, en diminuant les investissements médias, en misant sur le buzz marketing et en proposant une formule sans abonnement. Il est parvenu à créer un nouvel espace stratégique, un Océan Bleu. Grâce à cette nouvelle formule, plus proche des besoins et des désirs des consommateurs, l’entreprise de Xavier Niel a immédiatement rencontré le succès.

Une autre approche, plus risquée, est celle de la disruption. Il s’agit dans ce cas de figure de prendre le contrepied du marché, en gardant en permanence le consommateur au cœur de toute la réflexion. Cette méthode d’innovation se fait parfois aux dépens des réglementations et des lois en vigueur. Les exemples de Deezer, Uber et AirBnb sont souvent cités car révélateurs. Ces trois entreprises ont en commun d’avoir brisé les codes et cherché à satisfaire à tous prix un besoin consommateur, sans trop se soucier respectivement des droits d’auteur des artistes, de la législation française sur les taxis et des taxes et déclarations de revenus de leurs usagers.

Retenez néanmoins qu’avec ce genre d’innovation, le succès se gagne souvent au prix d’une longue et fastidieuse bataille – notamment juridique. De plus, l’innovation disruptive nécessite de prendre de très gros risques car l’environnement est extrêmement incertain.