Vous avez des idées entrepreneuriales ? Vous devez les tester et les mettre à l’épreuve du jugement d’autrui. Cette étape vous permettra de vous assurer que votre idée est bien une « bonne » idée, et pas une illusion.

Le monde est pavé de fausses bonnes idées qui conduisent à des échecs. Tester vos idées auprès d’autrui vous permettra non seulement de vérifier la pertinence de votre idée, mais aussi de l’enrichir.

Comment mettre à l’épreuve vos idées ?

Pour commencer, allez à la rencontre des acteurs de l’actualité, tout particulièrement de ceux qui évoluent dans le même secteur que vous ou dans l’entrepreneuriat en général. Vous êtes créateur de startup ? Dans ce cas, n’hésitez pas à prendre part à un forum d’entrepreneurs ou à un meeting organisé par des business angels.  Échangez aussi avec vos collaborateurs, vos collègues, clients, fournisseurs et concurrents.

Faites l’effort d’écouter votre entourage, quel que soit le contexte, en prenant soin de ménager les sensibilités. Dans vos recherches de feedbacks, ciblez les personnes susceptibles d’être les plus réceptives et les plus à l’écoute de votre idée. L’écoute demande un travail, une empathie et un esprit de partage que tout le monde n’a pas.

Partager une idée avec un proche ou un collaborateur qui accueille froidement votre message, parce qu’il va à l’encontre de ses croyances, parce que ce n’est pas le bon moment (ou quelle que soit la raison) n’a pas vraiment d’intérêt. Si vous êtes confronté à cette situation, gardez-vous bien de renouveler l’expérience.

Soyez très attentifs aux échanges avec vos fournisseurs. N’oubliez jamais que ceux-ci travaillent sans doute avec vos concurrents. Leur avis compte double.

Investiguez également du côté de vos clients, ils sauront vous faire remonter des informations précieuses, et notamment leurs points d’insatisfaction. Ce sont à eux que s’adresse votre future offre. Leur demander conseil vous permettra de vous assurer que votre offre répond effectivement à une demande, et de faire les ajustements nécessaires.

Il existe bien d’autres pistes pour confronter vos idées avec celles d’autrui. Nous vous conseillons par exemple d’explorer la documentation et les bases de données qui traitent de votre sujet, en évitant d’y consacrer trop de temps. L’information disponible aujourd’hui sur n’importe quel sujet est pléthorique, et il est facile de se retrouver noyé sous les données, en perdant de vue l’objectif final.

Envisagez l’information comme une matière première qui doit être convertie en action. L’entrepreneur est un homme d’action, qui sélectionne les informations en fonction de leur utilité pratique, de leur utilisation potentielle.

Faites aussi preuve d’habilité dans la sélection de vos sources. Privilégiez les sources émanant d’acteurs reconnus pour leurs compétences. Consultez par exemple les études du Centre de communication avancé, celles de Cofremca (devenu Sociovision) et suivez l’évolution technique et culturelle de votre secteur.

Quelles que soient vos pistes de recherche, n’accumulez pas des informations pour le plaisir de vous constituer une banque d’information. L’information a un coût et sa collecte est chronophage.

Si vous êtes néophyte et que vous n’êtes pas à l’aise dans le travail de collecte d’information, il peut être judicieux de sous-traiter certaines études à des sociétés privées.