De nombreux inventeurs ont du mal à sortir de la contemplation de leurs projets et à entamer la phase d’exécution. Il y a un écart immense estimé entre l’idée et sa mise en œuvre pratique. On peut juger de la qualité d’un entrepreneur à sa capacité à franchir cet écart et à mettre les mains dans le cambouis.

L’agilité mentale fait l’âme de l’entrepreneur

La phase de contemplation est agréable pour l’ego, car elle est source d’autosatisfaction et de valorisation personnelle. Rester dans la contemplation mène tout droit à l’engourdissement de la pensée et à l’inaction. Il y a un temps pour la créativité, et un temps pour la réflexion rationnelle. La réflexion n’est pas nuisible à la création. Au contraire, c’est cette phase de réflexion, ce retour de la raison, qui permet de donner corps à l’idée.

L’agilité mentale, c’est la faculté qui permet de passer sans trop d’effort de la phase créative à la phase réflexive, et de faire des navettes entre les deux. Un esprit purement créatif sera un mauvais entrepreneur, car il lui manque le sens des réalités. Un esprit purement rationnel aura de son côté plus de difficultés à trouver des idées créatives.  Les entrepreneurs de talent, ce sont ceux qui réunissent les deux facultés.

Le fait d’être pris dans la routine opérationnelle du projet nuit aussi à l’agilité mentale. En étant la tête dans le guidon, on perd rapidement la « big picture ». Surmonter les efforts et les obstacles du quotidien peut donner l’illusion d’avancer en résolvant des problèmes concrets. En réalité, c’est une démarche d’évitement qui permet trop souvent de se débarrasser de l’effort intellectuel.

L’agilité mentale réside aussi dans la capacité à mettre les mains dans le cambouis tout en gardant un recul large et réflexif sur ce que l’on fait, sur les objectifs poursuivis et l’état d’avancement du projet. On peut utiliser la métaphore du zoom photographique : il faut être capable sans cesse de zoomer et de dé-zoomer, mais aussi de changer d’angle de vue. Pour se concentrer sur l’essentiel, il faut aussi savoir se décentrer des actions du quotidien.

 

Se remettre toujours en question pour aller de l’avant

 Pour rester concentré sur les choses importantes, vous devez sans cesse vous poser les questions suivantes :

  • A quel(s) besoin(s) répond mon offre de bien ou de service ?
  • Quelle est ma clientèle cible ?
  • Comment résoudre de manière complète et pertinente les problèmes auxquels sont confrontés mes prospects ?
  • Quelle serait la solution idéale pour répondre à ce besoin ?
  • Quels facteurs sont de nature à influencer mes chances de réussite ? L’emplacement géographique, les compétences techniques du dirigeant, le réseau du dirigeant… ?
  • Etant donné ces facteurs, quelles sont actuellement les forces et les faiblesses de mon projet ?
  • Comment pourrais-je capitaliser sur mes atouts et me renforcer sur mes faiblesses ?

Les inventeurs qui sont trop séduits par leurs projets et qui pour cette raison sont incapables de se remettre en question ne parviennent pas à transformer leur vision en entreprise profitable. Ne soyez pas comme ces contemplatifs qui souffrent de ne pas voir leurs projets se concrétiser.

Partager cet article :