On parle souvent des formes, des avantages et des inconvénients de l’association, c’est-à-dire de la question du « pourquoi » et du « comment ». En revanche, on s’interroge plus rarement sur la question du timing. Quand s’associer, à quel moment ? Cette question est pourtant décisive. Voici quelques éléments de réponses et quelques écueils à éviter.

S’associer de manière trop précoce, c’est prendre des risques  

De nombreux entrepreneurs, trop contents d’avoir su rallier un associé à leur cause, scellent précipitamment un accord. C’est une erreur. Le conseil le plus important que nous aimerions vous partager dans cet article peut se résumer en une phrase : prenez votre temps. Il est en effet fortement déconseillé de conclure un accord d’association de manière trop précoce, sans période d’essai.

Pourquoi ? L’association n’est pas un acte anodin. Cet acte engage l’avenir de la société, sa réussite et ses capacités de développement. Sceller trop rapidement un accord d’association, c’est prendre le risque de s’apercevoir quelques semaines après de l’inadéquation du nouvel associé ou de vos incompatibilités réciproques. Or, une fois parvenu à un accord avec le nouvel associé, il est très difficile de se désengager. Combien d’entrepreneurs prennent conscience trop tard que leur nouvel associé n’est pas à la hauteur de leurs espérances, pas assez compétent, pas assez motivé, pas assez impliqué, en désaccord sur des axes stratégiques importants du projet.

Vous devez aussi toujours garder à l’esprit que l’association, c’est aussi et surtout une aventure humaine. Et, comme vous le savez tous, tout le monde n’est pas fait pour s’entendre avec tout le monde. C’est parfois au bout de quelques semaines, voire de plusieurs mois, que l’on se rend compte de ces incompatibilités relationnelles. Le facteur humain, dans le choix de l’associé, est au moins aussi important que le facteur « compétence ». Un associé peut être compétent et motivé : c’est très bien mais ce n’est pas suffisant. La qualité du relationnel est capitale. La bonne entente entre les associés est la clé de voûte de la réussite entrepreneuriale.

Or, justement, la qualité humaine et relationnelle d’un individu (sa personnalité) peut difficilement se mesurer a priori, sur la base d’un CV. Prendre son temps avant de s’associer permet aussi d’évaluer cet aspect humain. Nous vous recommandons, avant de vous associer, de commencer par travailler au quotidien avec votre potentiel associé, pendant plusieurs semaines, plusieurs mois. Cela vous permettra de tester la compatibilité de vos personnalités. En fréquentant quelqu’un sur la durée, on finit par mieux le connaître. Les risques de déconvenues se réduisent considérablement.

 

Partager cet article :